Les artistes menacés à Berlin

Berlin, capitale de l’Allemagne, est une des villes préférées des artistes en Europe. Capitale de « l’empire » Nazi, puis séparée en deux – Berlin Est et Berlin Ouest – pendant la guerre froide, Berlin possède un passé ô combien douloureux. Une douleur que les artistes ont réussi à faire peu à peu disparaitre en intégrant dans la vie des berlinois, les vestiges des heures les plus sombres de leur ville. Considérés comme des petits protégés, les artistes voient aujourd’hui leur avenir au sein de la capitale menacé par la flambée des prix de l’immobilier.

Manifestation devant un immeuble sur le point d’être détruit. Sur l’affiche est écrit: « De la place pour l’art, la culture et les logements sociaux » ©Davids/Forian Boillot.

Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombait. La capitale allemande était enfin unifiée à nouveau. 27 ans plus tard, des morceaux de murs se tiennent encore debout dans la ville. Devenu le symbole de la chute du bloc soviétique, les artistes du monde entier on pris part à le rendre « affectueux ». Bien plus que «le mur de la honte», comme l’appelait les allemands de l’Ouest, il est devenu un lieu de street art incontournable à Berlin. Les 30 dernières années ont vu une nouvelle génération d’artiste s’installer à Berlin. La capitale allemande c’est très vite imposée sur la scène internationale de l’art, avec pas moins de 400 galeries réparties à travers la ville. Bien moins chère que Paris, Londres ou New York, la mairie de Berlin n’hésite pas à mettre la main à la poche pour aider les artistes à venir s’installer. Plus de 5 000 artistes travaillent actuellement à Berlin. Mais la ville perd de son attrait. La ville est confrontée à une flambé des prix de l’immobilier. Si certains y gagnent , les artistes y perdent beaucoup.

L’inquiétude de voir disparaitre la culture de Berlin

Bien que toujours trois fois moins chère qu’à Paris, le prix du mètre carré s’envole et attise la convoitise des promoteurs immobilier. Certains quartiers enregistrent des hausses de 5% à 7% du prix du mètre carré. Ce dernier à franchi la barre de 3000€ le mètre carré dans l’ensemble de la ville allemande. Les artistes sont particulièrement touchés par cette hausse soudaine des prix de l’immobilier. En 2014, cinq lieux de résidences d’artistes ont disparus. 150 artistes ont été laissé sur le carreau, sans solution de relogement. Face à ces injustices, le monde de l’art se rebelle, pour défendre ce que Berlin s’est faire de mieux : être à la pointe de la culture. Pour beaucoup d’artistes, mais aussi hommes politiques, la peur de voir disparaitre la culture dans la capitale allemande, est présente. Tim Renner, secrétaire aux affaires culturelles de la ville ne cache pas sa peur sur l’avenir de sa ville, et notamment sur l’avenir du tourisme. « Quels sont les domaines dans lesquels Berlin trouve sa croissance ? Les domaines de la culture et de la créativité. Et le tourisme. Et qu’est-ce qui attire les touristes ? La culture ! {…} Le plus grand danger que l’on puisse envisager, c’est que la culture sorte totalement de la ville » avait-il déclaré au Berliner Zeitung, en 2014.

Face à ces inquiétudes, un comité de soutien aux artistes à été fondé pour aider la ville à ne pas perdre ses artistes. Mais la hausse des prix de l’immobilier va probablement chambouler la vie berlinoise. De nouveaux quartiers d’artistes vont apparaitre, un peu plus loin du centre-ville, emportant avec eux les endroits branchés et les touristes fan d’art, au détriment du centre-ville de Berlin, qui perdra un petit peu de son âme.

Yanis Darras

Photo à la une: la ville de Berlin et sa tour de télévision ©SeanPavonePhoto/Getty Images/StockPhoto

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s